Injonction de faire

Mise à jour le 01 juillet 2017

partage mail

Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre), Ministère chargé de la justice

L'injonction de faire peut être utilisée si un commerçant ou un particulier avec lequel un contrat a été passé refuse d'exécuter son engagement (par exemple, refus de livrer un meuble ou bien d'effectuer une réparation). La procédure consiste à saisir le juge afin d'obtenir l'exécution du contrat par l'autre partie. Le juge fixe les conditions et délais dans lesquels le professionnel doit s'exécuter.

Réforme de la justice, force exécutoire et force probante des actes notariés

La loi de programmation et de réforme de la justice du 23 mars 2019 modifie le mode de calcul de la rémunération de certaines professions réglementées du droit, dont les notaires. Ces dispositions entreront en vigueur après l'adoption d'un décret en Conseil d'État.

Dans l'attente, les informations contenues dans cette page restent d'actualité.

Avant de demander une injonction de faire, vous devez respecter 3 conditions :

  • le litige (exemple : produit non livré) ne doit pas excéder 10 000 € ;

  • le délai de prescription applicable ne doit pas être dépassé ;

  • vous avez déjà cherché, sans succès, un accord à l'amiable avec votre adversaire. Cet accord à l'amiable peut notamment se faire grâce à un conciliateur de justice.

Vous devez remplir le formulaire cerfa n°11723*10.

Demande en injonction de faire au tribunal d'instance

La requête, datée et signée, doit indiquer :

  • vos nom, prénoms, profession, domicile, nationalité, date et lieu de naissance ;

  • les noms et domicile de votre adversaire ou, s'il s'agit d'une personne morale (entreprise, association...), de sa dénomination et de son siège social ;

  • l'objet de la demande ;

  • la nature précise de l'obligation dont l'exécution est poursuivie ainsi que son fondement ;

  • les moyens utilisés pour rechercher un accord à l'amiable ;

  • éventuellement, les dommages et intérêts qui seront réclamés en cas d'inexécution de l'injonction de faire ;

Vous devez joindre à cette requête les documents justificatifs : factures, bons de commandes, devis.

Votre demande ne sera pas étudiée si elle est incomplète.

La demande doit être déposée ou adressée au greffe du tribunal d'instance.

Le tribunal à saisir est celui du lieu de domicile de votre adversaire ou du lieu de l'exécution de l'obligation.

La procédure en elle-même est gratuite.

Les autres frais (avocat, huissier....) sont à votre charge. Vous pouvez demander l'aide juridictionnelle pour assurer ces coûts.

Si le juge estime la requête justifiée, il rend une ordonnance d'injonction de faire.

L'ordonnance est ensuite notifiée à vous et votre adversaire par lettre recommandée avec accusé de réception.

L'ordonnance précise les délais et les conditions d'exécution de l'injonction. Elle précise également une nouvelle date d'audience en cas de non-respect de cette ordonnance.

La décision du juge ne peut pas être contestée en appel. En cas de désaccord, vous devez engager une nouvelle procédure d'injonction de faire.

Votre adversaire a rempli ses obligations

Si votre adversaire exécute son obligation dans les délais impartis, vous devez en informer le greffier du tribunal qui a rendu la décision. L'affaire s'arrête et il n'y a pas de nouvelle audience.

Votre adversaire n'a pas rempli ses obligations

Si votre adversaire ne remplit pas volontairement ses obligations, une nouvelle audience a lieu aux date et heure figurant sur l'ordonnance. Vous pourrez alors demander des dommages-intérêts supplémentaires pour ce nouveau retard.